Aller au contenu principal

l’ontologie du rapport au chien

1 août 2008

Hummm « sujets légers »….va falloir que je revoie ma copie!

Ceci est un portrait d’une ex-étudiante en philo repentie, enfin un aperçu, disons.

Imaginons un instant donc une étudiante, complètement fictive, qui fait son mémoire de maîtrise sur un aspect disons un peu original de la philo de Schopenhauer (faudra que je vous en cause à l’occasion) et qui est très investie dans la réflexion sur qui nous sommes, où nous allons, quel est notre rapport au monde, bref….vous voyez le topo(où courge? dans quelle étagère?).

Un jour elle rentre super fière à la maison, sa mère est en train de faire la vaisselle, après une journée à jouer à cache cache avec des apparts perdus et des loyers temporairement disparus, la fille annonce à la mère que pour la première fois de sa vie (et la dernière) elle a été citée dans une conférence de philo. La mère a l’œil qui brille de fierté et lui demande quel était le sujet pour lequel elle était citée, la réponse tombe: « l’ontologie du rapport au chien ».

Toute la déception du monde brille alors dans l’œil de la mère qui brièvement conclue: « un jour il faudra quand même te reconnecter avec la vraie vie… »

Quelques années plus tard après avoir obstinément tenté de convertir les jurys du capes et de l’agreg à la beauté et la profondeur de la pensée schopenhauérienne, en se ratatinant le museau en beauté à chaque fois, après avoir découvert la beauté cachée du contrôle de légalité, des finances publiques et de l’intercommunalité culturelle, cette étudiante a mal fini: elle sévit actuellement dans le monde des bibliothèques où elle tente d’expier ses péchés de jeunesse.

Vous voyez où ça mène l’ontologie du rapport au chien?!

3 commentaires leave one →
  1. Bruit et chuchotements permalink
    1 août 2008 7:39

    Au cynisme ?

    du grec ancien κύων / kuôn, qui signifie « chien »

  2. Sophie permalink
    5 août 2008 2:20

    J’ai comme une petite idée sur l’étudiante dont il s’agit… Quand même, t’es pas sympa avec ta maman, l’ontologie du chien et les tatouages, tsssss ! 😉

  3. Val permalink
    6 août 2008 8:24

    @ bruit et chuchotements:
    Définitivement! Je crois même que J-L Gautier-Gentès en ferait le saint patron des bibliothèques (« il y a un peu de cynisme, quand on est un service public culturel, à proposer une offre dont on sait qu’une certaine partie de la population n’est pas à même de la saisir, le voudrait-elle » dans un splendide article « refonder les BM: préliminaires »). Comme quoi du chien au cynisme bibliothéconomique il n’y avait que quelques pas…
    @ Sophie:
    Je crois que l’ontologie du rapport au chien lui a causé bien plus de soucis que les tatouages, d’ailleurs l’idée du 3ème la laisse presque indifférente…tu vois en tant que parent on se fait à bien des choses, ça te donne de l’espoir? ;-)))

Répondre à Sophie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :